Temps de lecture : 5 minutes

Notre PèreNOTRE PÈRE QUI ES AUX CIEUX

Tu es notre Père et te rappelles que nous sommes tous tes fils et filles. Tu es dans les cieux parce que tu es pour tous. Tu n’es lié à aucune église ni aucun lieu sacré sur la terre. Tu n’appartiens pas à un peuple ni à une seule race privilégiée. Tu n’es la propriété d’aucune religion. Tu n’es pas seulement pour les bons. Tous peuvent t’invoquer comme Père.

QUE TON NOM SOIT SANCTIFIE

C’est notre premier désir en ces moments douloureux pour toute l’humanité. Que ton nom de Père soit reconnu et respecté. Que personne ne le méprise en blessant tes fils et filles. Que nous ne perdions pas notre confiance en toi. Que soient renversés les noms de tous les dieux et les idoles qui nous déshumanise. L’argent qui nous divise et nous empêche d’être frères, la violence qui nourrit nos guerres, le pouvoir qui nous conduit à mépriser les faibles.

QUE TON RÈGNE VIENNE

Si tu règnes au milieu de nous, la justice, l’égalité et la paix régneront sur la terre. Nous ne pouvons affronter ensemble tous les problèmes de la planète. Unis comme des frères et sœurs, nous vaincrons les pandémies qui peuvent affliger l’humanité. Que les riches ne règnent pas sur les pauvres, que les peuples puissants n’abusent pas de ceux qui sont faibles, que les hommes ne dominent pas sur les femmes. Que vienne ton règne et que règne la fraternité sur la terre.

QUE TA VOLONTÉ SOIT FAITE SUR LA TERRE COMME AU CIEL

Que ta volonté soit faite, et non la nôtre. Le coronavirus nous manifeste que tout sur terre est inachevé ; nous ne vivons pas en grand. Nous ne voulons pas savoir que nous, les humains, sommes fragiles et vulnérables, que nous ne pouvons pas atteindre ici la plénitude que du plus profond de notre être nous désirons tous. Père, nous pouvons seulement nous fier à ta bondé insondable. Aussi, que ne se fasse pas ce que nous désirons, mus par l’égoïsme, le consumérisme et le confort. Que se fasse ce que tu veux, puisque toujours tu cherches le bien de tous.

DONNE-NOUS AUJOURD’HUI NOTRE PAIN DE CE JOUR

Qu’en ces moments si difficiles pour le monde, le pain ne manque à personne. Nous ne te demandons ni argent ni confort, nous ne voulons pas de richesses à accumuler. Nous te demandons seulement et pour tous le pain de chaque jour. Que cette pandémie de coronavirus nous rappelle pour toujours que ce qui compte plus que tout, c’est la vie : que ceux qui ont faim puissent manger, que les pauvres puissent sécher leur larme, que les pays riches accueillent les migrants et réfugiés pour que toujours puissent survivre et avoir un toit.

PARDONNE-NOUS NOS OFFENSES

Père, pardonne nos offenses, notre indifférence, notre incrédulité, notre résistance à te faire confiance. Depuis quelques décennies, nous avons tous beaucoup changé. Nous nous sommes faits plus critiques, mais aussi moins cohérents. Plus indifférents à tout ce qui n’est pas notre bien-être, mais plus vulnérables que jamais aux diverses crises. Il ne nous est pas facile de croire, mais il va nous être tout aussi difficile de ne croire en rien. Père, pardonne-nous et réveille notre intériorité.

COMME NOUS PARDONNONS AUSSI A CEUX QUI NOUS ONT OFFENSES

En ces moments où nous sommes renversés à découvrir la non-maîtrise que nous ressentons devant cette limite indépassable de la mort, nous aussi, nous voulons nous pardonner mutuellement, les uns aux autres. Nous ne voulons entretenir ni rejet ni ressentiment envers qui que ce soit. Nous voulons vivre cette dure expérience comme des frères et sœurs.

NE NOUS LAISSE PAS ENTRER EN TENTATION

Nous sommes fragiles et limités. Nous l’expérimentons maintenant plus que jamais. Nous sommes toujours à prendre des décisions, à commettre des erreurs qui peuvent ruiner notre vie et celle des autres. Aussi, ne nous laisse pas être tenté de t’oublier ou de te rejeter, toi, Père. Réveille en nous la confiance en ta bonté. Nous en avons besoin plus que jamais. Tu peux ouvrir des chemins pour que chacun de nous, croyants ou non, athées ou agnostiques, te rencontrions. Que nous puissions tous sentir en nous ta force silencieuse et efficace.

MAIS DÉLIVRE-NOUS DU MAL

Nous sommes responsables de nos erreurs mais aussi victimes. Le mal et l’injustice ne sont seulement en nous. Ils sont aussi dans les structures et les instituions, dans les réalités politiques et les religions. C’est pourquoi nous terminons notre prière avec un cri : Père, arrache-nous au mal. Un jour, ce bonheur plein auquel nous aspirons tous se fera réalité. Les heures heureuses et bénies auxquelles nous goûtons sur la terre et aussi les expériences amères et douloureuses que nous avons vécue, l’amour, la justice et la solidarité que nous avons semés, et aussi les erreurs et turpitudes que nous avons commises… tout cela sera transformé en bonheur parfait. Il n’y aura plus de mort ni de douleur.

Tristesse

Personne ne sera triste, personne n’aura de raison de pleurer. Un texte chrétien écrit dans l’une des premières communautés met dans la bouche de Dieu ces paroles : « A celui qui a soif, je donnerai gratuitement l’eau de la vie. » (Ap 21, 6) « Gratuitement », c’est-à-dire indépendamment de nos mérites. « A celui qui a soif ». Qui n’a pas soif de la vie éternelle ? Chacun décide comment il veut mener sa vie et vivre et entrer dans la mort. Je crois et j’ai confiance en ce que le mystère ultime de la réalité, que quelques uns appellent « Dieu », d’autres « énergie », d’autres « le transcendant », et d’autre « rien » . Tu es un mystère de bonté dans lequel nous trouverons tous la plénitude de notre existence.

José Antonio Pagola
prêtre et théologien espagnol

Catégories : Covid19