Temps de lecture : 3 minutes

quel horizon avons-nous chacun ?Quel horizon avons-nous chacun ? Il ne suffit pas de rouvrir les salles de cinéma, de spectacle, les restaurants et les commerces pour que tout reparte et que chacun soit délivré de ses inquiétudes ou mal-être. Tous sommes plus ou moins bousculés, atteints, y compris les restaurateurs et les artistes qui attendaient tant ce moment.

Avoir le Christ comme horizon

Lorsque ça tangue et que c’est mouvementé, le moyen de sortir du mal de mer est de monter sur le pont et de se fixer sur l’horizon. Nous remercions le Pape François de nous rappeler cet horizon, notamment dans son livre Un temps pour changer,  et l’encyclique Fratelli tutti. Avancer avec la famille spirituelle Cor Unum, et notamment dans la  SVECJ c’est, je le mesure, pourvoir compter sur ce formidable horizon que donne Jésus-Christ à l’humanité. Cet horizon est la communion avec le Père signifiée à l’Ascension. Également, c’est la mission donnée par Jésus à ses disciples et apôtres de faire connaitre cette communion.

Une vie faîte pour la rencontre avec le Christ

Elle n’est pas une vague espérance gratuite et facile. Si elle est crédible, c’est parce que nous sommes faits dès cette vie pour la rencontre. La vie donnée aux humains « n’est pas un temps qui s’écoule, mais un temps de rencontre » (FT n°66). L’horizon ultime de communion avec Dieu se construit au quotidien. Il est  dans tout ce que nous vivons aujourd’hui en rencontres, contemplation, gout des bonnes choses, temps et moyens reçus du Père. Nous vivons du même dynamisme lorsque nous nous dessaisissons de ce sur quoi nous nous agrippons par refus d’abandon. Ceci est un formidable gage de ce qui se prolongera, mais qui sera aussi complétement nouveau. Notre vie aujourd’hui en est une préparation essentielle.

Porter notre regard sur le Christ

Nous voulons le vivre et le dire ; oui, le regard sur Jésus et la suite de Jésus élèvent notre vie (« Quand je serai élevé j’attirerai à moi tous les hommes » Jn 12). Dans les situations bouchées notre vie consacrée, comme la vie religieuse, indiquent cet horizon promis de communion. Cela nous rappelle  le Christ. Il est la source d’eau vive à tous ceux qui sont assoiffés de vrai, de beau et de bon.

Accueillir le débordement de la vie

L’amitié sociale et la synodalité, nous dit le Pape François, sont nos horizons pour accueillir le « débordement de vie » . Nous y discernons ce qui vient à nous dans le moment présent de notre époque ; débordement fait de recherche et d’accueil. Aujourd’hui où les incertitudes dominent et où les projets peuvent être très courts notre attachement au cœur de Jésus vient déployer notre consécration baptismale, nous enracine et nous donne un horizon tant recherché autour de nous ; il nous envoie pour, très humblement, permettre aux personnes de s’en donner ou de s’en redonner un.

Christophe Decherf
SVECJ

Print Friendly, PDF & Email
Catégories : Editoriaux