Temps de lecture : 2 minutes

Tournés vers le PèreJésus, au moment où il sait qu’il va mourir, n’est pas écrasé. Il élargit considérablement l’analyse limitée et apeurée de la situation qu’en avaient les disciples. Il les apaise en les tournant vers le Père et l’Esprit saint. Moyennant quoi il nous invite aujourd’hui encore à voir plus large que ce qui nous inquiète, il nous invite à adopter une perspective dynamique et d’espérance : Jésus s’en remet au Père ; et il est sûr que l’Esprit Saint continuera et amplifiera son œuvre.

S’en remettre au Père

Cette attitude, nous avons du mal à la gagner par nos seules forces, mais nous évoluerons en elle si nous nous centrons sur le cœur du Christ, comme nous y invite notre Projet de vie de la SVECJ. Dans le cœur du Christ, nous trouvons sa remise au Père et sa confiance totale en l’Esprit Saint. Elles deviendront les nôtres.

Avec l’Esprit du Père et du Fils

Ce mois de juin commence par l’attente et la manifestation de l’Esprit Saint que nous fêtons à la Pentecôte. L’Église chaque année se met «  en mouvement de sortie de soi, de mission centrée en Jésus-Christ, d’engagement avec les pauvres » (Evangelii gaudium n°97). Plus loin, le Pape François invite à savourer « l’air pur du Saint Esprit, qui nous libère de rester centrés sur nous-mêmes ». Et il achève ce n°97 par « Ne nous laissons pas voler l’Évangile ».

Renouvelés par l’Évangile

Oui ! L’Évangile a en lui une force de renouvellement infinie. Il “permet de traverser les situations difficiles ou les épreuves pour faire entrer dans l’espérance ; car chaque crise cache une bonne nouvelle qu’il nous faut écouter en « affinant l’ouïe du cœur » (Amoris Laetitia 232).

Bonne nouvelle de l’amour de Dieu adressé à tout l’univers et sur toute personne !

Christophe Decherf, SVECJ


SVECJRetrouvez les précédents éditos