Temps de lecture : 3 minutes(Last Updated On: 1 avril 2022)

Vers une communion fraternelleChaque participant de la session de Nevers (5-6 fév 2022) a exprimé l’horizon de communion fraternelle avec lequel il repartait. En voici un écho pour accompagner notre chemin vers Pâques.

« Repartir au service des autres en étant avec, et en étant présent dans l’épreuve ».

Cet horizon écrit par un des participants consiste à vivre une attention au présent avec une qualité de relation qui crée de la communion fraternelle. D’une certaine manière, il s’agit d’être à la fois Marthe et Marie, dans l’action et la contemplation sans les opposer ni les juxtaposer. Rester enraciné dans un regard attentif à la vie qui germe tout autour de soi, tout en sachant persévérer au cœur des épreuves.

Conversion à vivre ou approfondissement permanent : la majorité des participants ont souligné cette perspective avec des mots tels que bienveillance, écoute, respect, miséricorde, persévérance…

« Mais il faut que le semeur sème » même si ensuite on ne sait comment le grain pousse ! Cet horizon suppose de marcher et d’entreprendre pour semer avec confiance. Des décisions sont à prendre en fonction de son état de vie, de son contexte.

À Nevers, nous avons entendu plusieurs personnes parler de reprendre la prière d’Alliance tous les jours pour discerner les passages de Dieu ; d’œuvrer pour valoriser les responsabilités des laïcs dans l’Église ; d’aller plus concrètement à la rencontre des autres dans leur diversité jusqu’aux périphéries ; de concrétiser un engagement en SVECJ… Car les cinq engagements célébrés à Nevers ont mis en évidence le travail de l’Esprit dans chaque histoire personnelle.

Vers une communion fraternelle

« Plus on est fils et fille de Dieu, plus on est fraternel » ; « la vie éternelle c’est la vie en abondance » ; « moins de biens, plus de liens » ; « la vie baptismale est notre fondement commun » ; « le Seigneur nous accompagne »… Diverses convictions de foi ont fusé lors de notre rassemblement mais la dynamique reste bien celle de se recevoir ou recevoir de Dieu pour pouvoir donner fruits ! Un mouvement de déprise est nécessaire pour mieux discerner où Dieu se dévoile déjà en faisant jaillir de la vie, pour entendre où l’Esprit nous envoie.


SVECJDécouvrir le Projet de Vie de la SVECJ

Pour prolonger notre méditation durant le Carême

Parler de l’horizon d’une communion fraternelle, n’est-ce pas exprimer cette utopie que l’Evangile nomme « Royaume de Dieu » ? Nous sommes renvoyés à la promesse de Dieu qui se réalise déjà en Jésus-Christ Ressuscité, lui qui est le grain moulu et donné en nourriture…

Nous avons toute la période du Carême pour vivre plus intensément une conversion, à partir des horizons déclinés à Nevers, et ainsi rester fidèle à notre « spiritualité de communion » (décret de reconnaissance de la SVECJ).

Gwennola Rimbaut, SVECJ


SVECJRetrouvez les précédents éditos