Temps de lecture : 3 minutes(Last Updated On: 6 mai 2020)

Robert MendiburuRobert Mendiburu né au pays basque en 1930 est décédé à Pâques 2020. Ordonné prêtre en 1955 en la cathédrale de Bayonne. Très vite,une réflexion d’une femme du quartier populaire où on l’a envoyé le marque :

Oh, le petit curé, il fera comme les autres : au bout de deux ans, il sera parti… Nous, les ouvriers, nous n’avons pas le droit de garder les prêtres

Il passe finalement huit ans aux « allées marines ». Il est ensuite envoyé servir longtemps l’ACO et la Mission ouvrière à Paris et à Bordeaux. En 2008, il retourne définitivement au pays natal.

Chercheur de Dieu

Avant de quitter le diocèse de Bordeaux, il prononça dans l’homélie d’une fête d’au revoir :

Je pense n’avoir jamais cessé d’être un chercheur de Dieu pour lui-même, son visage dans la vie de mes frères et dans les événements du monde par lesquels il nous fait signe.

Avec les « Groupes Évangile et Mission », la spiritualité ignatienne le marque. Avant de parcourir le monde comme secrétaire international des GEM, il prononce, en 1984, son engagement perpétuel dans l’Institut Séculier des prêtres du Cœur de Jésus.

Responsabilité

En août 2002, il fut élu à Banneux, en Belgique, Responsable Général de cet Institut. Pendant six ans, il travaille patiemment à la consolidation de la Famille Cor Unum, héritière des GEM. Il insiste sur la formation, sur la dimension internationale, sur le lien structurel avec l’Église universelle. En coresponsabilité avec Élisabeth ALGIER et isabelle LIEUTAUD, il donne à la communion une dimension affective et paternelle lorsque ajustements ou réajustements étaient nécessaires. Au décès de Jean LE BERRE, responsable de l’Institut Séculier Masculin du Coeur de Jésus, il souffla sur les braises pour que cet Institut redémarre.

Nantes

Viscéralement attaché à la consécration séculière, il prépare méticuleusement les assemblées de 2008 à Nantes (les Naudières). Il veut que les points de vue se déclarent, que les idées s’expriment, que chacun aille au bout de sa logique. Le texte adopté alors en assemblée fédérale porte visiblement sa marque :

dans ce monde que Dieu aime, nous sommes appelés à une communion fraternelle pour suivre le Christ dans sa Mission

Investi jusqu’au bout dans ces assemblées, il passa pourtant la main comme Responsable Général des PCJ.

Bayonne

A 78 ans, il quitte non seulement le Conseil général PCJ, le Directoire de la Famille Cor Unum mais également Bassens, et la formation des séminaristes de Bordeaux. Il continue de servir à Bayonne, dans son diocèse d’origine tout en restant fidèle aux réunions de son groupe de base, lieu de sa relecture de vie :  qu’elle soit personnelle… ou communautaire, nous garderons à cette démarche de la foi toute sa portée théologale »

Douze ans plus tard, en cette Pâques 2020, nul doute que le Seigneur n’accueille avec gratitude ces quatre-vingt dix années de service de notre frère Robert Mendiburu.

Catégories : Témoignages