Deprecated: WPSEO_Utils::get_title_separator est obsolète depuis la version WPSEO 15.2, aucune alternative n’est disponible. in /home/svecoeurws/www/wp-includes/functions.php on line 4787
Accompagnement et discernement - Société de Vie Évangélique du Cœur de Jésus
Temps de lecture : 6 minutes

Accompagnement et discernementDans notre famille spirituelle Cor Unum, l’accompagnement est un des moyens proposés pour progresser dans la suite de Jésus-Christ, dans la proximité du Christ des Évangiles. C’est une proposition et non une obligation car la décision demeure personnelle et libre. L’accompagnement reste pourtant une chance à saisir. Il aide à tenir dans la fidélité à notre Projet de Vie : répondre à l’appel à la sainteté au cœur du monde,  enraciné dans la vocation et la mission de tout le peuple de Dieu (PdV n° 8) quelles que soient les difficultés traversées.

Nécessité d’un accompagnement spirituel ?

Beaucoup de chrétiens vivent sans accompagnement. Beaucoup de personnes s’appuient tout simplement sur leur capacité de discernement par la raison et dans la prière. Et heureusement, cela fonctionne souvent bien.

Recherche

L’accompagnement devient nécessaire quand il y a des difficultés à trouver sa voie ou à décider d’une orientation. Nous pouvons y avoir recours quand la vie spirituelle s’avère difficile ou tumultueuse. De même, lorsque des difficultés humaines bousculent la foi, quand un désir de conversion plus radicale survient, le recours peut être utile. Ce dernier cas est fréquent quand vient le temps du choix d’un engagement temporaire ou définitif dans une famille spirituelle. Ces moments particuliers déclenchent souvent la recherche d’un accompagnement. Il s’agit alors de discerner plus clairement ce qui se passe en soi et rechercher comment répondre le plus fidèlement à sa vocation chrétienne.

But

Le but de l’accompagnement est de s’ajuster de plus en plus à la vie de Dieu, à une vie évangélique selon le Cœur de Jésus dans le contexte concret où je me situe. Cette visée nous fait sortir d’une perspective strictement morale où la question centrale est autour du bien et du mal.

Esprit

Dans l’accompagnement spirituel vient surtout la question : comment discerner et répondre aux appels que Dieu m’adresse dans l’Esprit Saint ? Cette question est plus délicate à traiter tout en n’éliminant pas la première. L’accompagnement a ici toute sa place.

Retraite

Dans bien des cas, des temps d’accompagnement ponctuels, durant une retraite par exemple, peuvent suffire à clarifier les appels entendus et nos réponses. D’autant plus, lorsqu’il y a en complément une belle dynamique de partage dans les équipes mensuelles.

L’important est de ne pas rester sans accompagnement lors des moments délicats et d’avoir approfondi la notion de discernement pour la vie courante. Cette dernière demeure indispensable.

Importance du discernement spirituel

Dans tout discernement spirituel (au sens large), il s’agit de scruter les éléments pour ou du contre un choix précis, dans le court terme et long terme. C’est une aide préalable à la prise d’une décision qui ait du sens. Cette méthode fondée sur la raison est toujours d’actualité et demeure nécessaire dans la vie de toute personne chrétienne ou non. La foi ne s’oppose pas à la raison, elle apporte une attention à certaines priorités (attention aux plus vulnérables, cohérence de sa propre vie entre foi et engagements, écoute fidèle de la Parole de Dieu, etc.).

Temps

Bien des erreurs seraient évitées si nous prenions vraiment le temps de poser ces éléments et de relire ainsi nos vies dans cette dimension d’éthique chrétienne. Pourtant tout discernement spirituel suppose d’aller au-delà de cette démarche, en particulier dans une spiritualité ignacienne. Il ne s’agit plus de chercher simplement ce qui est raisonnablement bon en tant que citoyen et chrétien. Le cœur de la démarche consiste à chercher ce qui va me conduire –moi, personnellement selon ce que je suis – à une plus grande fidélité à la volonté de Dieu.

Prière

Ce discernement s’effectue dans la prière prolongée en s’appuyant sur la Parole de Dieu. Ce qui a été pesé rationnellement doit être exposé devant Dieu dans la prière prolongée pour demander une confirmation : est-ce bien vers là que Vous me voulez, mon Dieu ? Est-ce bien cette décision qui correspond à son désir ? Le journal spirituel d’Ignace de Loyola est instructif à ce titre. Quand il lui a fallu rédiger les Constitutions de la Compagnie de Jésus et décider en particulier du régime de pauvreté à vivre, il dresse la liste des inconvénients et des avantages à posséder ou non des biens, des revenus. Puis il laisse l’Esprit indiquer la voie dans la prière durant 40 jours ! Nous n’en ferons pas autant mais la voie est tracée.

Motions

La Paix ou la Joie reçue dans la prière confirme en général une direction, un choix… mais si l’agitation survient, remet en question le choix, il y a un souci… Peut-être faut-il approfondir le discernement, reprendre la prière, ou faire appel à un accompagnateur compétent… Parfois le cadre d’une retraite ignacienne est vraiment nécessaire pour opérer un discernement sur une question importante. Un accompagnateur qui connaît vraiment bien les « Exercices Spirituels » et la diversité des « motions » qui traversent un retraitant peut être requise.
Dans la vie ordinaire, les accompagnateurs ou accompagnatrices sont rarement des spécialistes des « Exercices ». Ce n’est pas là le plus important.

Quel accompagnateur ?

La première chose est de trouver dans l’accompagnement un espace d’écoute bienveillante et discrète. C’est une condition primordiale pour pouvoir se confier dans la durée. La discrétion est requise à la fois vers l’extérieur (pas de ragots) et durant l’échange (ne pas être « forcé à dire »). La bienveillance permet de tout dire sans craindre un jugement lapidaire. Elle fait signe de la Miséricorde de Dieu. La bienveillance devient soutien, encouragement dans les moments difficiles. Si ces deux qualités manquent mieux vaut changer d’accompagnateur (trice).

Écoute

Mais la qualité d’écoute doit aussi se situer au niveau de la foi. C’est nécessaire pour que celle-ci puisse se dire avec ses propres mots, peut-être maladroitement mais authentiquement siens. Pour cela l’écoute doit être active pour aider l’accompagné à préciser sa foi et sa manière de la vivre. L’accompagnement est un travail d’engendrement mais sans se tromper d’acteur : Dieu seul engendre à la foi et à sa croissance ! Les accompagnateurs se situent surtout à côté des accompagnés dans un rôle de témoin du travail de l’Esprit de Dieu. Aux accompagnateurs de souligner seulement ce dont ils sont témoins, ce qui est déjà beaucoup car c’est une manière d’encourager ou d’interpeller.

Révélateur

Quelque part, l’accompagnement sert de révélateur, de mise en lumière de ce qui est déjà là présent mais pas encore déployé de manière très claire et consciente. Nous ne sommes plus dans le temps des « Directeurs de conscience » auxquels il fallait promettre obéissance. Certains ont su ne pas abuser de ce positionnement qui a fait des ravages auprès de beaucoup de chrétiens. Aujourd’hui nous avons la chance d’être sortis de cette ornière. Notre risque serait plutôt de ne pas trouver d’accompagnateur, surtout si l’on reste sur la figure du prêtre alors que tout chrétien peut accompagner s’il en a les compétences et le charisme. L’autre risque est d’en trouver de très ignorants sur les étapes de la vie spirituelle ou manquant de profondeur. L’accompagnement peut alors tomber dans l’insignifiance. Enfin, méfions-nous des gourous, des quelques manipulateurs (trices) qui peuvent exister dans tous les états de vie et toutes professions.

Une chance à vivre !

L’accompagnement reste une chance à vivre en gardant en tête que Dieu est le seul vrai guide et qu’il n’existe pas d’accompagnateur idéal (ni d’accompagné exemplaire !). Grâce au témoin choisi, il est possible d’avancer sur la route de la conversion en fidélité au Jésus-Christ de l’Évangile et en Église. A défaut d’un accompagnement régulier, les retraites accompagnées peuvent vraiment aider à faire le point chaque année ou selon les possibilités… Les moyens nous sont donnés par l’Église et dans notre Famille Cor Unum. A chacun de chercher à les mettre à profit selon ce qui lui sera inspiré par l’Esprit.

Gwennola Rimbaut
Assistante Générale SVECJ (2020)

Print Friendly, PDF & Email